Ce jour où j'ai donné la vie...

J'étais loin de m'imaginer, ce jour-là, que notre petit cœur pointerai le bout de son nez. Je comptais encore les jours, la valise de maternité était bouclée depuis la veille... et j'avais montré au Papa la veille au soir de quoi était composé le trousseau de naissance et où je l'avais rangé afin qu'il puisse le donner à la sage-femme au moment venu.

Peut-être qu'inconsciemment je l'ai senti venir, et pourtant son arrivé a été soudaine... 


Source image : Pinterest

Mon mari, insistait depuis plusieurs jours pour faire la photo du ventre illustrant le 8ème mois de grossesse... mais je n'étais pas d'accord : depuis le début cette photo mensuelle est faite le 18 de chaque mois... nous ne sommes que le 15... on verra dans 3 jours. Si j'avais su... 

Ce jour là, le jeudi 15 janvier, nous avions rendez-vous à 16 heures à l'hôpital pour le rendez-vous avec l'anesthésiste. Dans le couloir, on croise la sage-femme avec laquelle nous réalisons les cours d'haptonomie... on doit se voir le lendemain matin à 10 heures pour notre 6ème cours et aborder l'accouchement jusqu'à la délivrance. Ce cours, je l'attends avec impatience pour mieux me préparer à ce grand moment, mais mon fils en décidera autrement... 

Vers 17 heures, on reprend la voiture pour rentrer à la maison. Un petit arrêt à la pharmacie sur le trajet pour récupérer les homéopathies prescrites par l'hôpital en préparation à l'accouchement. Je dois commencer dans 2 jours un premier traitement en prévision de ce grand jour, mais encore une fois... ils ne me serviront pas... 

Sur le trajet la fatigue commence à se faire ressentir. Depuis quelques jours un rien me provoque une fatigue extrême, et là le trajet en voiture m'a "achevée". Quelques douleurs dans les reins se font ressentir... je me dis juste qu'une bonne douche chaude et un dodo pourra me soulager en rentrant. 

Je passe donc sous la douche à peine rentrée pour me détendre et m'installe sur le canapé où je m'assoupie assez rapidement. C'est aux alentours de 19 heures que ces douleurs deviennent intenses au point de me réveiller. J'ai connu les contractions dans le ventre depuis mon 4ème mois de grossesse, mais là je ne sens pas mon utérus se contracter... je me dis alors que Bébé est peut-être mal positionné, il fait peut-être pression sur un nerf... ou le poids du ventre commence à avoir une influence sur mon dos... loin de m'imaginer que le travail était commencé. 

En peu de temps, l'intensité de ces douleurs augmenta considérablement, au point de me retrouver à 4 pattes en larmes dans l'escalier sans comprendre ce qu'il se passait. J'ai demandé à ma moitié d'appeler l'hôpital et la ligne direct des sage-femmes pour savoir si nous devions nous déplacer. 

Il attrapa le téléphone et répéta à la sage-femme ce que je lui disais tout en me tortillant de douleurs : "ma femme est à 36+4 SA et a des douleurs très fortes dans les reins mais ne sens pas son utérus se contracter, devons-nous venir ?"... la sage-femme nous explique alors que, pas de bol, ce sont bien des contractions et malheureusement celles dans les reins sont les plus douloureuses que l'on puisse connaître. A ce moment là, nous n'avions pas mesurer la fréquence de ces contractions puisque nous ignorions que ces douleurs pouvaient en être. Elle nous conseilla donc de m'installer dans un bain chaud pour voir si cela allait me détendre et mettre fin à ces douleurs (dans ce cas c'est un faux travail) ou réguler la fréquence et là il faut venir !

Mon mari me fait donc couler un bain, je m'y installe avec mon téléphone dans une main et l'application "Ma grossesse" de Doctissimo proposant un "contractomètre" qui permet de mesurer la fréquence des contactions en actionnant simplement un bouton en début et fin de contraction. Je remarque alors très vite qu'elles reviennent toutes les 3 minutes et de façon très régulières... pas de doutes, il faut partir !

En quelques minutes, nous voilà en train de charger la valise de maternité dans le coffre, installer un sac sur le siège passager au cas où je perdrais les eaux en route... mais sans vraiment comprendre que c'est pour ce soir. A vrai dire, nous sommes partis en nous disant que sur place, on me donnera quelque chose qui me soulagera, et nous serons de retour d'ici 2 petites heures à la maison... 

Arrivés aux urgences obstétriques, mon mari est envoyé au bureau administratif pour faire faire une série d'étiquettes pour mon admission aux urgences et une première sage-femme me reçois et me questionne sur mon stade de la grossesse, ce que j'ai ressenti depuis le début de ces douleurs, la fréquence des contractions et le déroulement de la grossesse en général. Je dois ensuite patienter sagement dans un couloir une dizaine de minutes qu'une autre sage-femme vienne me chercher et que ma moitié me rejoigne... le temps est long, j'ai mal... et me retrouver seule dans ce couloir durant ces courtes minutes interminables n'est pas des plus agréables... 

Vient ensuite le moment de rentrer en salle d'examen. Là, nous sommes accueillis par Anne, la sage-femme et une étudiante en formation qui me confie qu'elle espère que je vais accoucher car la soirée est trop calme à son goût et qu'elle adorerai suivre mon accouchement jusqu'au bout  : ) ... Moi personnellement, je me voyais encore rentrer à la maison dans les heures qui suivent... 

On commence par m'installer sur la table d'examen, me poser 2 monitoring sur le ventre pour y entendre les battements de cœur de Bébé, et la sage-femme propose à l'étudiante de m'examiner le col. Et là, en quelques secondes, une course folle commença... J'entends l'étudiante dire à sa titulaire qu'elle pense que je suis dilatée à 5 cm mais qu'elle se trompe peut-être... je ne réalise pas... 

La sage-femme vérifie donc à son tour et confirma le verdict : "Madame, vous êtes dilatée à 5 cm, c'est super vous avez bien travaillé, maintenant on passe en salle d'accouchement !". Le temps s'est arrêté, mon mari est envoyé à la voiture pour chercher la valise de maternité, ne comprenant pas lui non plus ce qui était en train de se passer. Pour ma part, je me retrouve dans les couloirs en train de marcher rapidement vers la salle d'accouchement entre deux contractions affichant un grand sourire mais sans vraiment comprendre que le moment était venu... 

En quelques secondes, je me retrouve en blouse d'hôpital sur la table de travail, attendant mon mari un brin angoissée par l'ambiance. Dans la salle d'accouchement d'à côté, une femme hurle à la mort... les sages-femmes tentent de me détendre en m'expliquant que cette dame souhaitait une péridurale mais étant arrivée dilatée à 8 cm devra accoucher sans, sans en être préparée contrairement à moi... 

Sauf que moi, je comptais beaucoup sur le cours du lendemain pour finir cette "préparation", et je réalisais petit à petit que j'allais devoir improviser face à l'inconnu. 

Mon mari me rejoint alors tout équipé de sa blouse, ses protèges chaussures et son petit bonnet... on se regarde un brin perdus en essayant de comprendre ce qui nous arrive... A vrai dire il m'a fallu 48 heures pour réaliser ce qu'il se passait... 

La sage-femme me demande alors quelles sont mes souhaits pour l'accouchement. Je lui fait part de mon désir d'accoucher sans péridurale, que je reste ouverte à toute autre option pouvant contourner celle-ci (gaz hilarant, perfusions, etc). On lui parle également du souhait du Papa a vouloir couper le cordon si la situation le permet et d'attendre que le cordon est fini de battre avant de le couper, encore une fois, si la situation le permet. Je me suis alors sentie encouragée car la sage-femme qui allait m'aider à mettre au monde mon fils comprend mes souhaits puisqu'elle a formulé exactement les mêmes pour son propre accouchement... 

Rapidement, les contractions s'intensifient au point de ne plus pouvoir me reposer entre deux : mon dos reste tendu, la douleur ne relâche pas, j'appelle donc la sage-femme pour qu'elle m'aide à me soulager par une quelconque méthode. Elle me propose donc le protoxyde d'azote qui est une sorte de gaz hilarant qui soulage partiellement la douleur. 

Elle demanda à sa stagiaire de me tenir le masque une dizaine de minutes pour voir si ce gaz agirait sur la douleur... et là pas de doutes, je me suis rapidement sentie "partir". Ce gaz m'a permis de me détendre entre chaque contraction, sans pour autant en effacer la douleur. L'intensité des contractions est bien présente mais on se sent comme déconnectée et on ne réalise pas très bien ce qui est en train de se produire. Lorsque la contraction se termine, le corps se relâche ce qui permet de profiter de quelques instants de repos. On reste malgré tout conscient, on entend ce qui se dit autour et on garde une grande lucidité et efficacité de réponse. 

Je dois dire que j'ai perdu toute notion du temps avec ce gaz, j'ai l'impression d'avoir accouché en 30 minutes alors que mon mari m'a affirmé que le travail a duré environ 5 heures. 

La poche des eaux a été percée par la sage-femme pour aider Bébé à descendre plus vite et accélérer le travail. Positionnée sur le côté gauche durant la durée du travail, je me suis rapidement retrouvée les pieds sur les étriers et positionnée sur le dos ressentant une forte pression et une grande envie de pousser : le moment est alors venu de délivrer Bébé.

Je l'avoue, j'ai hurlé aussi fort que la dame qui hurlait lorsque je suis arrivée... je me suis surprise de voir que je pouvais crier si fort et si longtemps. Mon mari, lui, était dépassé de me voir souffrir autant... sa main n'a pas quitté la mienne durant ces longues heures quelque soit l'intensité de pression que je pouvais y mettre (avec ou sans les ongles)... 

J'ignore combien de temps a duré cette poussée, encore sous l'effet du gaz je ne me souviens que de l'intensité de la douleur du passage de la tête de mon petit cœur... 

Avec une dizaine de jours de recul, je dois avouer que d'avoir senti chaque membre de bébé passer a été une expérience incroyable. Je ne dirais pas que c'était magique, car il faut l'avouer : la douleur est au-delà de tout ce que l'on peut imaginer. A certains moments on se dit qu'on y arrivera jamais. Je me vois encore supplier la sage-femme en lui disant "aidez-moi je n'en peux plus" durant ces longues minutes où je n'attendais qu'une chose : l'entendre me dire "ne poussez plus il est là !". 

Malheureusement pour moi, une petite épisiotomie a été indispensable pour aider Bébé à effectuer son passage. Cela faisait trop longtemps qu'il était positionné dans le bassin, son cœur ralentissais, j'entends encore la sage-femme dire "il va falloir couper" et sentir la douleur de cette entaille réalisée pour aider mon fils à sortir. 

En quelques secondes, j'ai ressenti son corps passer jusqu'aux petits pieds. Le papa a été sollicité à couper le cordon en vitesse car malheureusement mon petit bonhomme avait enroulé le cordon autour de son thorax empêchant de pouvoir le sortir entièrement. La sage-femme s'est excusée de nombreuses fois de ne pas avoir pu débloquer le cordon pour répondre à notre souhait d'attendre que celui-ci est fini de battre avant de le couper, mais comme nous l'avions formulé : ce désir est à réaliser si bien entendu tout va bien. Papa a coupé le cordon et ça c'est déjà énorme.

Le voilà posé sur mon ventre, ce petit cœur que nous tentions d'imaginer durant ces 8 mois. Malgré ses 4 semaines d'avance il n'a pas besoin d'assistance ou de séjour en couveuse. Le voilà en peau à peau avant de partir avec Papa et le pédiatre pour ses premiers soins. 

Pendant ce temps, je reste en salle d'accouchement pour finir le travail : la délivrance du placenta et une partie moins agréable : la suture de cette épisiotomie avant de retrouver mon fils et son papa pour un peau à peau rallongé et sa première tétée... tout est encore surréaliste... il me faudra 48 heures pour réaliser que mon fils est là, que ma grossesse s'est terminée et que tout s'est passé si vite...

Je n'ai pas à me plaindre dans l'ensemble, mon Bibou est arrivé après 5 heures de travail (ce qui est très rapide pour une première grossesse), il se porte à merveille malgré son mois d'avance et tout le monde se porte à merveille même si les jours qui ont suivi ont été difficile pour moi (j'en reparlerai dans un prochain article).

Je suis très reconnaissante envers la sage-femme, Anne, qui m'a aidée à réaliser mon souhait d'accoucher sans péridurale et m'a soutenue lorsque je m'apprêtais à craquer face à la douleur, sans oublier ma moitié qui a gérer comme un chef sa part de Papa dans ce moment si important... 

Notre Bébé Colibri est donc né le 16 janvier 2015 à 01h42... et depuis ce jour, je suis officiellement Maman... et lui, est officiellement Papa...



Gratin de courgettes : rapide et facile...

Je partagerais de temps en temps avec vous des petites recettes "rapides et faciles" que j'ai testé et qui me font gagner du temps régulièrement tout en mangeant équilibré. Aujourd'hui, je partage avec vous la recette du gratin de courgettes que j'ai trouvé sur Internet... une recette testée et validée. 


INGRÉDIENTS :
- 5 ou 6 courgettes de taille moyenne
- 1 œuf
- 20 cl de crème fraîche
- 150 g de gruyère râpé
- 1 noix de beurre pour le moule
- Sel et poivre

Mon petit truc en plus...
J'ajoute en général du fromage de chèvre au gratin qui se marie parfaitement bien avec la courgette et donne un petit goût en plus. Sous forme de crottin ou bûche, quelques fines tranches gratinées en surface : un vrai régal !

PRÉPARATION :

1. Laver, essuyer et éplucher les courgettes (personnellement je les épluches entièrement sans laisser de bandes de peau, mais ça c'est une histoire de goût), et les couper en rondelles.

2.  Faire bouillir de l'eau salée dans une casserole, lorsque l'eau bout, plongez les courgettes pendant 15 minutes. Ou pour celles qui, comme moi, sont équipées d'un cuiseur/vapeur, placez les rondelles de courgettes dans le panier dédié à cet effet et faites cuir 20 à 30 mn.

3. Allumez le four à 200°C (thermostat 6) et égouttez les courgettes une fois cuites.

4. Dans un saladier, mélanger l’œuf, la crème fraîche et une bonne pincée de sel et de poivre. Ajouter les 2/3 de gruyère et les courgettes puis mélangez.

5. Versez le tout dans un plat à gratin beurré, ajoutez le reste du gruyère en surface (et les tranches de fromage de chèvre si vous avez opté pour cette option) et mettez au four pendant 45 minutes.

C'est prêt ... Bon appétit !

La petite écharpe sans nœud...

Je vous en parlais récemment de cette écharpe de portage sans nœud appelée "Sling" et de mon choix qui c'était arrêté sur le modèle proposé par "Je Porte Mon Bébé". Samedi, j'ai reçu ma petite écharpe Sling et je voulais vous présenter ce que j'ai reçu en images...



Déjà autant dire que je suis très satisfaite de ce choix. La qualité du tissu est au rendez-vous, le coloris correspond parfaitement à mes attentes et la livraison (offerte) a été très rapide (commandée mercredi soir et reçue samedi matin). De plus comme, nous avons profité d'une promotion à l'occasion des soldes, la réduction de -15% proposée par JPMBB était plutôt bienvenue.

Nous avons donc opté pour l'écharpe Sling JPMBB dans le coloris gris anthracite / marron glacé (l'écharpe est réversible permettant de choisir la couleur en fonction de la tenue vestimentaire). J'avoue avoir longuement hésiter avec la version "anthracite et vert olive", "bleu canard et turquoise" ou encore la "bleu canard et marron glacé"... c'est le futur Papa qui a tranché sur le choix de couleur (oui parce qu'il compte bien l'utiliser aussi et porter Bébé avec l'écharpe). Cette couleur ira parfaitement avec tout type de vêtements, l'anthracite est assez proche du noir et le marron glacé est un vrai marron glacé qui se porte avec tout type de nuances... (si comme moi vous aimez porter des nuances chocolat, c'est l'idéal)... 


Le tissu est très doux et agréable, je suis sûre que Bébé appréciera de passer du temps emmitouflé dans cette écharpe... En tout cas, moi, je m'y verrais bien :)

L'emballage était soigné, la livraison rapide, un bon point. L'écharpe est livrée avec un petit manuel très utile qui permet de comprendre comment la mettre en place et quelles sont les différentes façon d'utiliser l'écharpe (en balade, pour allaiter Bébé, ...etc). Le tout illustré en images ce qui permet de visualiser les bonnes postures et celles à éviter. A savoir que de nombreuses vidéos sont également disponibles sur le site de la marque.



L'écharpe est également fournis avec un coussinet qui permet de couvrir les anneaux de réglage afin de protéger la tête et les doigts de Bébé. Là encore, rien à redire, les finitions sont au top et ce petit plus me paraît bien utile.


Une petite étiquette sur l'écharpe indique d'effectuer un premier lavage avant tout utilisation (ce qui me paraît logique)... lavage à 30° et séchage à plat (pas de sèche-linge). Personnellement, je l'ai passée en machine à 30° avec la lessive spéciale nouveau-né et étendue bien à plat pour un séchage à l'air libre... elle n'a pas bougé et sent bon la lessive de Bébé :)

Alors si vous vous posez des questions sur ce produit n'hésitez plus, la qualité est au rendez-vous contrairement à d'autres écharpes Sling moins onéreuses que j'ai pu voir...

En bref, un outil qui me paraissait indispensable et qu'il me tarde de mettre en pratique avec Bébé au quotidien.

Et vous, pour quelle méthode de portage avez-vous opté ?


Projet 53 : Semaine # 2

PROJET 53 - ANNÉE 2015 - SEMAINE N°2
"L'entrée dans le 9ème mois de grossesse"


Voilà, nous y sommes, le dernier chapitre de cette fabuleuse aventure est entamé. A tout instant, Bébé peut décider de faire son entrée dans la vie... et moi je réalise tout doucement qu'il sera bientôt dans nos bras. 

Ce moment, je l'attends depuis des mois et pourtant, je ne réalise pas. Je n'éprouve aucune angoisse liée à l'accouchement, je m'y suis préparée, je m'y prépare encore, je me dis que mon corps à déjà donner vie à cet enfant, il saura faire face à l'accouchement et que tout ira bien. Je parle souvent à Bébé de ce grand jour, que je serais là accompagnée de Papa pour le guider vers la sortie et le soutenir durant ce passage. Que je ferais de mon mieux pour que tout se passe d'une façon idéale. 

Je me rends compte de l'évolution qu'à connu mon corps, ces changements et tout ce qu'il a donné pour que Bébé puisse grandir sereinement. Ce petit loup était si petit au départ... la grossesse est si magique... 

GRATITUDE
La note positive de cette semaine qui me rend reconnaissante...

Cette semaine, je suis reconnaissante d'avoir atteint le 9ème mois de grossesse, écarté tout risque de prématurité et savoir Bébé en parfaite santé.

CÔTÉ BÉBÉ
34 semaines de grossesse - 36 semaines d'aménorrhées
Petit cœur se prépare pour sa sortie dont il décidera la date.
Maman fait face à des insomnies et un gros bidou à caler à chaque position choisie #cachalot.
Papa et Maman ont hâte de faire connaissance avec Babychou.




JE SUIS CHARLIE
Alors oui, forcément cette semaine a avant tout été marquée par l'actualité, mais j'ai décidé de ne pas aborder le sujet sur ce blog. Non pas par indifférence, non pas parce que je n'ai pas été touchée par tout ça... simplement parce que ce Blog représente un petit coin de détente pour moi que j'ai décidé d'orienter sur une note positive et remplis de fraicheur.



Et pour vous, comment s'est déroulée cette 2ème semaine ?
#Projet53


Notre 5ème cours d'Haptonomie...

Hier, nous avons assisté à notre 5ème cours d'haptonomie. Cette fois-ci, nous avons abordé l'accouchement et les positions à adopter pour aider Bébé à trouver la sortie. 


Alors voilà que tout doucement l'arrivée de Bébé s'annonce imminente, tout devient concret et il est temps de parler de cette naissance tant attendue. Comme toujours dans l'Haptonomie, le Papa a également un rôle important à tenir lors de l'accouchement, et nous avons appris hier de quelle manière Papa pourra se rendre utile lorsque le travail débutera.

Dans un premier temps, la sage-femme nous a expliqué à quoi ressemble une contraction de travail qu'elle décrit comme étant semblable à une crampe au mollet : mais forcément contractant tout l'utérus. Ayant déjà des contractions depuis le 4ème mois de grossesse (non douloureuses) j'ai déjà une vague idée du ressenti que l'on peut avoir... ajouter à cela la douleur d'une crampe au mollet... ok je vois ce qui m'attend ! 

Elle nous explique ensuite que le col de l'utérus n'est pas forcément dans l'axe de Bébé, ce qui explique pourquoi il faut un grand nombre de contractions avant que celles-ci n'agissent sur le col.  C'est là que le Papa peut intervenir... en aidant Bébé a se positionner face au col afin que la contraction puisse agir plus vite.

Le but était ensuite de nous expliquer qu'au moment venu, lorsque l'on sent cette contraction arriver, il faudra trouver une position confortable qui permettra à la Maman de passer l'étape douloureuse tout en soulageant un peu la douleur et en évitant de se crisper et accentuer celle-ci... et également au Papa de faire sa part en guidant Bébé dans l'axe du bassin.

Nous avons passé en revus plusieurs positions (assis, debout, à quatre pattes, etc..) afin de visualiser les différentes possibilités et montrer au Papa comment intervenir face aux différentes positions que je pourrais adopter au moment venu. Elle a tenu à préciser que même si je me montre un peu "agressive" ou pas très agréable durant une contraction au point de le rejeter, lui doit malgré tout prendre son rôle très au sérieux et effectuer la manœuvre avec moi en étant à l'écoute.

Je ne vous parlerai pas du geste que le Papa doit effectuer car il me semble important que celui-ci soit montré en pratique par une sage-femme compétente. Il me semble important de vivre l'expérience pour en comprendre ses bien-faits.

Pour moi qui souhaite accoucher sans péridurale et effectuer un maximum du travail depuis mon domicile afin d'éviter des heures d'attente dans les couloirs de l'hôpital, cette technique m'a mis en confiance face à l'accouchement et m'a permis de visualiser comment aider Bébé dans son rôle au moment venu. Pour le Papa, l'haptonomie prend tout son sens : il ne sera pas seulement spectateur ou coach durant ces heures de travail, voilà qu'il détient un rôle important qui l'impliquera autant que moi dans cet instant magique. 

Je n'ai pas d'angoisses liées au passage du Bébé, à la douleur des contractions... pour moi l'acte de l'accouchement est naturel. Mon corps m'a montré tout au long de la grossesse ses capacités à s'adapter et à donner vie à ce petit être parti de rien... je lui fait donc confiance. Savoir aujourd'hui que le futur Papa aura un rôle déterminent dans cette naissance m'aide à voir que je ne serais pas seule à effectuer ce travail et me conforte encore plus dans l'idée que tout ira bien. 

J'idéalise peut-être un peu la chose... mais de nature positive je sais qu'en voyant l'accouchement du bon côté tout ira pour le mieux. 

Et vous, avez-vous eu recours à l'Haptonomie durant votre accouchement ?
Cela vous a-t'il été bénéfique ?


Les soldes d'hiver : des bons plans pour Bébé...

Même si l'actualité est bien triste aujourd'hui, je fais le choix de parler de choses "plus gaies" tout en ayant une pensée particulière pour les familles des victimes de l'horreur qui a frappé Charlie Hebdo aujourd'hui... 


Aujourd'hui, c'est le 1er jour des soldes d'hiver. Une bonne occasion de faire des affaires au rayon puériculture et en profiter pour effectuer les derniers achats pour Bébé avant son arrivée.

Habituellement je ne profite des Soldes que durant la dernière démarque histoire de faire de vraies bonnes affaires... là avec l'arrivée imminente de Babychou j'ai tout de même jeter un coup d’œil en ligne sur les "bons plans" proposés.  Durant les soldes d'été, je ne connaissais pas encore le sexe de Babychou et j'avais opté sur l'achat de vêtements aux nuances mixtes en attendant le verdict (dure dure de trouver du mixte). 

Je vous en avais déjà parlé, je suis une adepte de l'occasion (dans la limite du raisonnable) et j'ai opté pour cette option sur de nombreux articles de puériculture. Mais j'opte également sur du neuf concernant certains articles...

Aujourd'hui, nous avons profité d'une promotion de -15% sur l'écharpe de portage Sling JPMBB proposée à 59 euros au lieu de 69.50 euros. Frais de port offerts... contente d'avoir attendu les Soldes pour effectuer cet achat. Je n'ai pas voulu attendre de voir si une meilleure offre serait proposée sur ce modèle car la nuance que nous avions choisi avec ma moitié était le modèle soldé... autant sauter sur l'occasion ! De plus, après des mois de recherche, les écharpes d'occasion sling JPMBB ne sont jamais proposée à des tarifs très intéressants (la dernière annonce sur laquelle je suis tombée d'occasion, l'écharpe était proposée à 55€...). La marque propose jusqu'à -35% sur certains de ses modèles, alors peut-être le bon moment pour franchir le pas ? 

J'ai également aperçu de nombreux "bons plans" sur le site AlloBébé qui propose un large choix de produits jusqu'à -60% et frais de port offerts dès 19€ d'achat... 


Là, je suis moins dans la précipitation... le fait de pouvoir commander en ligne me permet d'attendre la 3ème démarque et commander depuis mon canapé tout en attendant l'arrivée de Bébé (qui sera parmi nous avant la fin des Soldes) pour effectuer des achats auxquels je n'aurais peut-être pas pensé avant sa naissance... 

J'ai donc effectué une petite sélection de produits déjà bien soldés et je reste attentive aux prochaines promotions qui seront publiées... 

Petite astuce : si vous êtes des adeptes de Pinterest, vous pouvez y créer un dossier pour y archiver tous les produits intéressants. Le site AlloBébé propose un petit bouton "P" dans le descriptif produit qui permet d'épingler le dit produit, ce qui vous permettra de retrouver la page en vous connectant à votre compte Pinterest et en cliquant sur la photo du produit en question. Cette petite astuce vous permet de comparer, prendre le temps de voir si on peut faire une meilleure affaire ou de réfléchir avant d'acheter sans perdre le lien de la page web ou saturer vos favoris (eh non, même en période de soldes, je ne suis pas une acheteuse compulsive :)). 

PARTAGEONS NOS BONS PLANS... 

Mais alors, pourquoi ne pas partager nos bons plans entre futures mamans et jeunes mamans ? Je partagerai, durant la période des soldes, les promotions que je trouve intéressantes sur les pages Facebook, Google+ et Twitter du Blog et je vous invite à laisser en commentaires vos bons plans à partager pour faire de bonnes affaires... 


Recette rapide & facile : La tarte à la tomate

Une petite recette rapide et facile qui me dépanne souvent avec des restes dans le fond du frigo ou quand je manque un peu de temps pour préparer un plat plus élaboré : La tarte à la tomate ! Cette petite recette ne demande pas énormément d'ingrédients et accompagnée d'une bonne salade fait un plat équilibré...



Elle peut être réalisée avec différents ingrédients, suivant les goûts ou ce qu'il vous reste au frigo :)

Personnellement, j'ai toujours une pâte à tarte toute prête au frigo pour dépanner, les meilleures tartes salées sont souvent faites avec des restes... 

INGREDIENTS : 

- 1 pâte à tarte toute prête (brisée ou feuilletée)
- De la moutarde OU de la crème fraîche
- Du fromage de votre choix : à raclette, mozzarelle ou du gruyère râpé
- 3 à 4 tomates (suivant leur diamètre : de quoi recouvrir la pâte)
- Poivre et Herbes de Provence (ou épices de votre choix)

PREPARATION :

1. Etaler la pâte à tarte dans un plat à tarte et effectuer quelques trous dans le fond de pâte à l'aide d'une fourchette. 

2. Tartiner le fond de tarte de moutarde (pour un goût un peu relevé) OU de crème fraîche (pour plus de douceur). 

3. Y déposer des tranches de fromage (raclette, chèvre, mozarelle...) ou un tapis de gruyère râpé.

4. Couper les tomates en tranches épaisses et venir les déposer sur le fromage.

5. Saupoudrer de poivre et épices selon vos goûts (on peut y mettre tout ce qui se maris bien avec la tomate). 

6. Enfourner 30 minutes à 180°C.

C'est prêt ! Environ 5 minutes chrono de préparation et le temps de la cuisson pour vaguer à d'autres occupations... Bon appétit !


Le choix du prénom de Bébé...

Voilà une grosse responsabilité : choisir le prénom de bébé, celui qu'il portera toute sa vie et qui fera parti de son identité. Cette étape n'est pas à prendre à la légère en suivant simplement un phénomène de mode ou en essayant d'être trop original au point d'en être ridicule... (enfin, chacun fait comme il veut)... Bébé, lui, il devra porter ce prénom toute sa vie en tant qu'enfant mais également en tant qu'adulte... 

Pour certains, le choix du prénom sonne comme une évidence... pour d'autres la recherche est un brin plus compliquée... 

Pour nous, cette étape a été un petit casse-tête. On a attendu sagement l'annonce du sexe de babychou pour se pencher sur la question. Des amies nous ont prêté des livres de prénoms et j'ai de mon côté investi dans un ouvrage plus récent contenant 10 000 prénoms qui assez bien fournis... et dans lequel nous avons d'ailleurs trouvé LE prénom !



Il n'a pas été trop difficile de se mettre d'accord car nous avions tous les deux les mêmes critères de recherche : pas de prénom trop courant, encore moins un prénom "à la mode" ou affiché dans le top 10 des prénoms de l'année, pas de prénom "inventé" ou trop farfelus... mais si possible un prénom que l'on entend très peu, pourquoi pas venu d'un autre pays, mais qui se mémorise et prononce bien... 

Le futur Papa, tout fière d'avoir un petit garçon, a passé plusieurs soirées à passer en revue tous ces livres en cochant ceux "qui pourraient le faire". A chaque prénom, nous tentions de visualiser notre fils tout au long de sa vie... n'est-ce pas trop enfantin ? pas trop "adulte" ? pas trop "sévère" ? n'y a-t'il pas de surnom un brin débile ou humiliant qui pourrait sortir de ce prénom ? (si si on a pris le dossier très au sérieux)... Et au final, deux prénoms sont sortis du lot...

Nous avions mis ces deux prénoms de côté (trouvés par le Papa) pendant quelques jours afin de voir si nous pouvions allonger la liste ou si ce choix se ferait vraiment qu'entre ces deux prénoms... Une bonne semaine s'est écoulée lorsque nous nous sommes décidé à faire le choix. Un des deux prénoms nous plaisait plus que l'autre, je commençais à m'habituer à ce prénom qui me parlait de plus en plus. J'ai tout de même tenu à faire une recherche sur Internet pour sortir la signification des deux prénoms choisis et comparer. Et là plus un doute, le prénom "coup de cœur" correspondait parfaitement à nos deux caractères et aux valeurs que nous souhaitons transmettre à notre fils. Plus de doute possible, le choix était fait !

Rien de bien farfelus, un prénom Néerlandais peu connu en France qui est facile à prononcer et à mémoriser... les critères ont été respectés ! 

S'en est suivi la fameuse question : gardons-nous le prénom secret jusqu'à la naissance ?

Pour le Papa, aucune raison de garder le prénom secret, nous assumons notre choix quelque soit la réaction des gens. Il y aura toujours ceux qui adorent, ceux qui trouvent ce prénom bizarre (parce qu'il n'est pas très courant et parce qu'on ne fait pas comme tout le monde) et pourtant, qui s'y feront avec le temps au point de l'adorer plus tard et nous l'envier... et ceux qui indiqueront avec franchise qu'ils n'aiment pas. Peu importe les réactions, notre choix est fait, notre fils fait déjà partie de notre vie et l'avis des autres ne nous a jamais influencer dans nos choix... et puis Papa est tellement fière de ce petit loup qui arrive, pourquoi lui priver de ce bonheur d'en parler à tout va ?

De plus, nous commencions à nous lasser de parler "du bébé" au sens impersonnel... Le prénom de notre Bibou a donc été annoncé à nos proches durant la grossesse (aux alentours de la 22ème semaine de grossesse) et notre petit bout avait son identité. Nous avons été surpris de voir que ce prénom a été un coup de cœur pour beaucoup de monde... 

Je ne dévoilerai pas ce prénom sur le Blog avant sa naissance... mais une fois que mon petit prince aura pointé le bout de son nez... je vous confierais ce choix atypique qui plaît tant... 

Mon avis sur le livre des 10 000 prénoms ... 

Comme son titre l'indique, il est assez bien fournis en choix de prénoms. Son prix reste raisonnable contrairement à d'autres livres (7,90 €). Quant au contenu, il est plutôt bien fait. Les prénoms sont rangés par catégories (par pays, prénoms classiques, rares, modernes, etc...). Il manque un peu de contenu pour les significations... mais avec Internet on les trouve facilement ! Si vous cherchez un large choix de prénoms, je vous le recommande !


Et pour vous, le choix du prénom de Bébé a-t'il été une évidence ? 

Comment avez-vous trouvé le prénom ?


Projet 53 : Semaine # 1

PROJET 53 - ANNÉE 2015 - SEMAINE N°1
"Nouvelle année et fin des festivités"


Habituellement je remballe le sapin de Noël après le 6 janvier, mais cette année j'ai profité d'un dimanche au calme au coin du feu pour ranger les décorations accompagnée d'un délicieux chocolat chaud. J'entre dans ma 34ème semaine de grossesse et la fatigue grandit un peu plus chaque jour. La chambre de Bébé est prête, la valise pour la maternité également, et je termine tout doucement la préparation de notre Maison du Bonheur à l'arrivée de son nouvel habitant (organisation, ménage, rangement).

J'ai donc profité de ce dimanche pour remballer les décorations de Noël tant que je m'en sens encore capable... et sans doute ce besoin de passer à autre chose... les fêtes sont terminées, maintenant, il nous tarde juste la rencontre avec Bébé.

GRATITUDE
Les 10 notes positives de cette semaine qui me rendent reconnaissante...

- ces fêtes de fin d'année qui se sont déroulées sereinement -
- cette année 2014 qui nous a apporté un grand bonheur -
- ce temps magnifique avec lequel nous avons débuté cette nouvelle année -
- ces délicieux chocolats avec lesquels je me suis régalée en fin d'année -
- ce bon jus d'oranges pressées chaque matin (vitamines) -
- cette grossesse qui suit son cours sans complication -
- ce Bébé qui approche du terme en parfaite santé -
- nous permettre d'accueillir cet enfant dans de bonnes conditions -
- cet amour qui unis notre famille -
- chaque journée écoulée de cette semaine -

CÔTÉ BÉBÉ
33 semaines de grossesse - 35 semaines d'aménorrhées
Petit cœur en mouvement mais à l'étroit
Maman très fatiguée et avec un gros appétit...




Et pour vous, comment s'est déroulée cette 1ère semaine ?
#Projet53

Mes lectures de jeune maman (à venir) ...

Ma collection de lectures de maman s'agrandit un peu plus. Après les livres sur la grossesse ( dont je vous parle ici ) j'ai agrandit la famille avec un ouvrage sur l'allaitement et un autre sur la vie de jeune maman.




J'aime beaucoup cette collection de livres proposée par les "Editions First". Pour avoir déjà lu : "Bientôt maman" - "Ma grossesse en 300 questions/réponses" - "Bien manger en attendant Bébé" et "Papa débutant" (pour ma moitié), je n'ai jamais été déçue quant au contenu !

Ils sont assez riches en informations, la mise en page est assez claire et permet de trouver les informations recherchées rapidement... et j'aime beaucoup les illustrations de Nathalie Jomard.

Dans un premier temps j'étais à la recherche d'un ouvrage sur l'allaitement que je souhaitais commencer à lire avant l'accouchement pour compléter les informations reçues lors de l'atelier proposé par AVENT... et parce que réussir mon allaitement me tient beaucoup à cœur !! J'ai lu de nombreuses bonnes critiques sur le livre "Allaitement : le guide pratique" écrit par Marjolaine Salaro  (blogueuse de Marjoliemaman) et après en avoir lu la première partie, je ne suis pas déçue de mon achat ! 



Composé de 10 actes contenant chacun de nombreux chapitres, je trouve ce livre assez complet et facile à lire. Petit aperçu du contenu du livre avec son sommaire...

Acte 1 : Démarrer son allaitement
Les bases - Bien préparer son allaitement - Les premiers pas - Les bonnes pratiques - Les difficultés éventuelles - De retour à la maison.

Acte 2 : Le matériel
Pourquoi faudrait-il du matériel spécifique ? - Le matériel de A à Z.

Acte 3 : Bien continuer son allaitement
Tirer et conserver son lait - Maintenir sa lactation - L'allaitement mixte (confusion sein-tétine) - La diversification alimentaire.

Acte 4 : Les bobos et autres soucis
Savoir réagir - Les problèmes possibles chez votre bébé - Les problèmes possibles chez vous. 

Acte 5 : Hygiène de vie
Alimentation - Cigarette - Forme - Sexualité et contraception - Beauté.

Acte 6 : L'allaitement et le monde autour
Le papa et l'allaitement - Allaitement en famille - Le regard des autres - Donner son lait.

Acte 7 : Allaiter et travailler
Se préparer en amont - Comment faire en pratique ? - S'organiser selon le mode de garde.

Acte 8 : Les cas particuliers
Selon votre état de santé - Selon l'état de santé de votre bébé.

Acte 9 : L'allaitement long
Une pratique de plus en plus courante - Assumer son choix.

Acte 10 : Le sevrage
Comprendre le sevrage - Comment mettre en place le sevrage ? - La vraie fin de l'allaitement.

Un chapitre est également destiné aux témoignages que je trouve assez enrichissants. Cet ouvrage n'a pas une approche trop médicale et permet d'assimiler les informations avec beaucoup de simplicité. J'aime beaucoup la façon dont sont écris les textes et j'y ai, jusqu'ici, trouvé toutes les réponses aux questions que je me posais... Je suis sûre que ce livre sera un super compagnon de route durant mon allaitement. 


J'ai ensuite opté pour le livre "Maman débutante" dans le but d'y piocher de nombreuses astuces et conseils pour l'arrivée de Babychou. La première partie est destinée à la préparation de l'arrivée de Bébé : la fin de grossesse, la préparation de la valise de maternité et les derniers préparatifs à la maison. 


Petit zoom sur son résumé qui vous éclairera sans doute quant à son contenu...

L'arrivée d'un bébé est merveilleuse, magique, inoubliable...
Mais devenir maman n'est pas toujours évident.
Pour TOUT connaître sur TOUT, Maman débutante vous délivre le mode d'emploi !

Vous apprendrez comment :
  • Préparer l'arrivée à la maternité (valise, trousseau de bébé...),
  • Se remettre de l'accouchement,
  • Demander de l'aide à son entourage sans se laisser envahir,
  • Endormir bébé,
  • Faire face aux pleurs, aux cris, aux maladies et aux bobos,
  • Gérer son nouveau rôle de mère (maman mais femme surtout !),
  • Retrouver sa ligne, une vie sociale, son intimité avec son homme... 

Pour faire face à toutes les situations, des infos, des astuces, des tests, des témoignages, ainsi que les précieux conseils du Dr Regottaz, pédiatre depuis plus de trente ans !

Pour le moment, je n'en suis qu'au tout début qui aborde la préparation à l'accouchement et à l'arrivée de Bébé... et je ne suis pas déçue de cet achat.

Et vous, quelles ont été vos lectures de jeune maman ?


Attendre le bon moment pour couper le cordon...

Attendre que le cordon ombilical ne batte plus avant de le couper... voilà une information que j'ai découvert dans le livre "Vivre et transmettre le meilleur pendant sa grossesse" et qui m'a convaincue. Nous avons d'ailleurs ajouté ce souhait à notre plan de naissance en espérant que cela pourra être réalisé au moment venu. 


J'avais déjà entendu parler des "naissances lotus" qui consiste à ne pas couper le cordon ombilical après l'accouchement et à attendre qu'il tombe tout seul ce qui permettrait un transfert complet du sang contenu dans le placenta pour le Bébé et permettrait de protéger l'enfant d'éventuelles infections. A savoir qu'il faut compter environ 5 à 10 jours pour que le cordon tombe tout seul sans intervention médicale... 

Puis je suis tombée sur un passage, de ce fameux livre qui m'a accompagné tout au long de ma grossesse... et que je partagerai aujourd'hui avec vous... 

Ne pas couper trop vite le cordon...

Il est préférable de ne pas couper le cordon tout de suite après la naissance et d'attendre qu'il ait cessé de battre ce qui facilite l'adaptation physiologique du foetus. 

Le bébé respire à travers le cordon. Quand le cordon est coupé immédiatement, il est obligé de prendre seul et sans transition sa première respiration ce qui induit un stress physiologique et psychologique avec parfois une peur d'étouffer et de mourir. Cela explique les premières goulées d'air prises très vite, sans avoir le temps de s'adapter et bien souvent les hurlements des nouveau-nés. 

Au contraire, si le cordon n'est pas coupé avant qu'il n'ait cessé de battre, le bébé toujours oxygéné va pouvoir tranquillement prendre contact avec sa respiration, il va "goûter" l'air en douceur, avec le minimum de stress. Ne pas être coupé trop rapidement des battements du coeur de sa mère aide le nouveau-né à aller vers la sensation du battement de son propre coeur et de son propre souffle. 

Sur le plan physiologique, la coupure du cordon est la première séparation. La faire vivre de façon douce et progressive permet d'éviter les sensations d'abandon qui peuvent avoir des répercussions sur sa vie d'adulte. (...) 

Source : Vivre et transmettre le meilleur pendant sa grossesse - Sophie METTHEY - Editions Souffle d'Or.


De nombreux témoignages sont disponibles dans ce livre que je recommande à toute future Maman... il contient une grande source d'informations intéressantes que le personnel médical ne met pas toujours en avant et qui serait pourtant bénéfique à l'enfant.

Pour en revenir au sujet principal, j'ai été convaincue de faire la demande auprès du personnel médical (par le biais du plan de naissance) d'attendre le bon moment pour couper le cordon afin de donner le temps nécessaire à bébé de faire son entrée dans cette nouvelle vie. 

Et vous, aviez-vous connaissance de ça ? 
Avez-vous attendu un peu avant de couper ce lien avec votre enfant ?



Bonne année 2015 !

Je vous souhaite à tous une belle année 2015 remplie d'amour et de santé (c'est le plus important, le reste suivra si vous le décidez et si vous y croyez fort...)

Source image : Pinterest

Si je devais faire le bilan de cette année 2014 qui s'est écoulée à vive allure, il serait plutôt positif et placé sous le signe du changement. L'annonce de l'arrivée d'un Bébé dans notre Maison du Bonheur... et tous les changements que cela à impliqué (travaux dans la maison, nouvelle voiture, nouveaux projets d'avenir, ...etc). Nos priorités changent et notre vie prend un sens à l'arrivée d'un enfant. 

Je n'ai pas pour habitude de dresser la liste des "bonnes résolutions" pour l'année à venir... (c'est le genre de chose auquel on ne se tien jamais), mon seul mot d'ordre sera le même que l'an dernier : le Bonheur parce que je l'ai décidé ainsi !

L'année 2009 a réalisé un premier rêve : rencontrer le grand Amour... l'année 2014 en a réaliser un autre : porter un enfant... quant à l'année 2015 elle nous réserve le plus beau :  la naissance de notre premier enfant (on ne peux pas espérer mieux pour débuter une nouvelle année). En suivra des mois d'apprentissage dans l'univers de jeunes parents et tout le Bonheur qu'un enfant peut apporter. 

Tout un tas de premières fois va venir illuminer notre quotidien cette année : la première rencontre, le premier cris, le premier sourire, le premier mot, le premier pas, le premier Noël, ...etc. 

Des projets professionnels, personnels et des jolies expériences il y en aura... mais tout ça n'est que secondaire... la plus belle richesse étant celle du coeur... l'amour est la plus belle chose que je puisse vous souhaiter pour cette nouvelle année !


Et vous, quel est le bilan de l'année écoulée et comment s'annonce la nouvelle ?